À propos

Le passé colonial de l'Allemagne a laissé de nombreuses traces dans les archives historiques. L'objectif de ce projet est de résumer ces traces et de les relier à des informations sur les lieux, les acteurs et les événements.

Le fait qu’en 1884, l'Empire allemand est devenu une puissance coloniale a eu d’importantes répercussions sur les sociétés des territoires conquis. Dans de nombreux endroits, l'intégration dans les marchés mondiaux s'est intensifiée et la modernisation a été forcée à partir de l'extérieur du pays. Cela impliquait à la fois la création des structures administratives et culturelles. Leurs effets sont perceptibles jusqu'à aujourd'hui et l’on peut dire sans risque d’exagération que l'existence des pays comme la Namibie, le Togo ou le Cameroun, par exemple, repose sur des décisions politiques prises à cette époque dans la Wilhelmstrasse de Berlin.

Le reflet des colonies en Allemagne

Le mouvement colonial a en même temps influencé de nombreux secteurs de la société à l’intérieur de l'Empire même. Les musées et les collections étaient remplis d'objets d'outre-mer, les voyageurs racontaient leurs expériences et il y avait dans les églises une propagande intensive en faveur du travail des missionnaires par rapport aux nouveaux compatriotes. Mais surtout, les colonies ont été soumises à une administration bureaucratique et plusieurs centaines d'entreprises y étaient actives. Tout cela est perceptible à travers des centaines de milliers de documents conservés dans de nombreuses collections en Allemagne et à l'étranger. Il s'agit, par exemple, de cartes postales individuelles provenant de l'étranger et conservées dans un domaine privé. Mais il peut aussi s'agir d'une collection complète d'autorités impliquées dans l'administration des colonies. Des rapports de missionnaires sont également inclus, ainsi que des séries d'observations météorologiques, des listes de passagers du Reichspostdampfer (vapeur impériale postale) ou des documents sur des questions de propriété.

Un portail d'archives pour tous

Il est important que tous les visiteurs des pages de ce guide d'archives puissent y trouver les informations qu’ils recherchent. En même temps, ils auront, en fonction de leurs connaissances préalables, des exigences différentes. Leurs questions seront d'une complexité variable et elles ne seront pas toujours formulées en allemand.
Nous avons alors essayé de tenir compte aussi de cette diversité d'exigences. Il existe des textes d'introduction sur le sujet. Différentes formes de recherche sont possibles. Les descriptions ainsi que les termes les plus importantes ont été traduits machinalement en anglais ou en français et ils ne sont, de ce fait, certainement pas toujours parfaites. Elles donnent néanmoins des informations importantes sur les documents et leur contenu.

Le projet a débuté en 2017 en étroite collaboration avec le ministère fédéral des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt). L'idée centrale de ce travail était dès le début de souligner la diversité des traditions et des lieux de conservation. Il en résulte maintenant un portail thématique en ligne et dont l’accès est libre. Sa base de données contient des descriptions de documents et de fonds documentaires ainsi que des actions importantes qui y sont cotées et en ligne pour la première fois. Plusieurs ont déjà été décrits dans d'autres portails et ils ont été enrichis ici par des informations supplémentaires. Plus de 64.000 unités provenant de près de 300 établissements et liés par plus de 5.000 termes sont actuellement disponibles dans cette base de données.

Des cartes et encore plus de cartes

Un navigateur spécial contient 129 cartes historiques des colonies allemandes et de l'Empire allemand. Un index correspondant dispose des coordonnées géographiques de plus de 220,000 lieux historiques et actuels qui peuvent être recherchés sur les cartes. Il est également possible d'afficher les descriptions de documents de la base de données ayant une importance particulière pour un emplacement spécifique.

... et en plus des données de synthèse gratuites

Unique en son genre, ce Thesaurus représente un répertoire de personnes, d'organisations et d'événements en rapport avec le sujet. Ce qui est nouveau ici, c'est que toutes les données de ce répertoire sont entièrement stockées dans la base de données sémantiques libre, Wikidata, et il est possible de les compléter à chaque moment. Il y a donc la possibilité d'une large coopération internationale au niveau privé et institutionnel. Ainsi, même les personnes et les événements ne recevant habituellement que peu d'attention dans l'historiographie traditionnelle, peuvent être mentionnés dans ce répertoire. Un projet spécial de Wikidata, le colonialisme européen, invite à la coopération.

Mais tout n'a pas été possible

Rien n'est parfait! Des erreurs sont inévitables et l'exhaustivité des données tant souhaitée reste un idéal qui ne peut jamais être atteint.

Ceci est principalement dû au problème de bien circonscrire le sujet. Il ne peut pas y avoir une distinction nette entre l'histoire coloniale et d’«autres» histoires. Puisque l'existence des colonies a eu beaucoup plus d'effets à l’intérieur du Reich allemand qu'on ne le pense généralement. Les colonies faisaient l'objet de l’enseignement dans les écoles et elles étaient aussi, par exemple, un thème dans les théâtres de variétés. Des termes et des concepts ayant une référence coloniale ont été introduits en langue allemande et y sont restés présents jusqu’aujourd'hui. On estime le nombre d’Allemands ayant vécu dans les colonies au cours de l’époque coloniale entre 40.000 et 60.000 et la grande majorité d'entre eux a bel et bien survécu cette expérience. Un bon nombre d'entre eux sont restés présents dans la mémoire collective surtout à cause de leurs œuvres et de leurs actes ultérieurs. Il est difficile d'estimer dans quelle mesure le séjour dans les colonies a eu des effets sur leur carrière postérieure.

Les empires coloniaux européens du XIXe siècle ont émergé dans une atmosphère de contrastes nationaux. Mais dans la réalité quotidienne, une telle séparation stricte en nations n’était guère possible. Le capital des différents pays a été investi dans différentes colonies. Les marchés dans les colonies ne reflétaient qu’une petite partie des échanges économiques mondiaux. Les mouvements de personnes n'ont pas non plus toujours suivi l'idée nationale. C'est ainsi que les missionnaires allemands travaillaient aussi dans les colonies «étrangères» et il y avait en même temps des missions «étrangères» dans les colonies allemandes. Il en va de même pour les expéditions scientifiques, les employés des entreprises et des autorités. De plus, les routes menant aux colonies allemandes elles-mêmes passaient par d'autres pays. Si l’on peut éventuellement parler de «colonies allemandes», une «histoire coloniale allemande», par contre, peut difficilement être définie.

Même sur le plan temporel, il est difficile de circonscrire le sujet. Des personnes et des entreprises du Saint Empire romain ont participé à l'expansion européenne dès le XVe siècle. Et la question de savoir si l'histoire coloniale s'est réellement terminée avec l'indépendance politique des anciennes colonies fait l'objet de nombreux débats. Ce qui est certain, c'est que les effets de cette histoire sont encore aujourd'hui présents dans de nombreux États successeurs. Pour le projet présenté ici, il paraît donc bien évident que l’exhaustivité des données n’est pas possible. Seules les périodes principales, les acteurs et les lieux centraux de l'histoire coloniale allemande peuvent être décrits de manière plus détaillée. Mais malheureusement cela n’a pas été possible de manière systématique car les descriptions ne sont pas disponibles pour tous les documents. En plus, pour des raisons juridiques, certaines descriptions qui existent n’ont pas pu être intégrées dans ce portail. Néanmoins, en ce qui concerne les documents, cette base de données d'archives est probablement la plus complète sur le thème de «l'histoire coloniale allemande».

A son tour, cet aperçu ne contient qu'une partie de ce qui a été transmis sur l'ensemble du sujet. Il y a encore d'autres objets et plus d‘informations dans les musées et les bibliothèques. Il y a, par ailleurs, des projets similaires, auxquels nous faisons référence dans notre aperçu.

Ce guide d'archivage a été établi en version bêta. Les données et les fonctionnalités seront ajoutées dans les mois à venir. Vous pouvez également y participer.

Note sur les termes utilisés

Les descriptions archivistiques de ce site Web ont été reprises par des tiers. C'est en raison du sujet et de l'époque d'origine des descriptions que les termes mentionnés peuvent être offensants pour les membres des groupes de victimes. Les descriptions en question sont un produit de leur temps et sont donc elles-mêmes une source de connaissances historiques. Remplacer ces concepts diffamatoires et racistes par des variantes plus neutres reviendrait à manipuler les sources. Il en va de même pour les termes et désignations qui ne sont pas neutres du point de vue du genre.

Les personnes impliquées dans ce projet se distancient explicitement de l'utilisation active de terminologies racistes et diffamatoires dans le langage contemporain.


Membres de l'équipe de projet


Direction de projet

Prof. Susanne Freund

Travaux conceptuels, acquisition de données, développement de logiciels

Uwe Jung

Acquisition de données supplémentaires, paramétrage des données, tests

Anna Beer, Kim Radicke, Patrick Lang

Réalisation d'enquêtes

Niklas Esser

Web Design

Niels Rumpf

Gestion des données

s.o.

Nous contacter


Adresse

Université des sciences appliquées de Potsdam
Département des sciences de l'information
Kiepenheuerallee 5
14469 Potsdam

Adresse postale

P.O. Box 60 06 08
14406 Potsdam

Page d'accueil


Courriel

projekt.kolonialzeit@fh-potsdam.de

Téléphone

+49 331 580-1521

Soutien financier


Le projet est en grande partie financé par le Ministère Fédéral des Affaires étrangères.
Une autre partie des coûts a été prise en charge par l'Université des sciences appliquées de Potsdam.

Informations sur les droits d'auteur


Cartes historiques

Les sources ont été citées au-dessous de la carte

Logiciels


Pour la préparation et la création de ce site web, les technologies open source ont été utilisées sans exception. Cela inclut:

AtoM - Access to Memory

Une application simple, multilingue et entièrement basée sur le Web pour la gestion et la publication en ligne du patrimoine archivistique.
www.accesstomemory.org

Wikidata

Wikidata est une base de données de connaissances gratuite qui peut être lue et éditée par des humains et des machines.
www.wikidata.org

Quick Statements 2

Un outil pour la saisie par lots de données dans la base de données Wikidata
http://tools.wmflabs.org

QGIS

Système de traitement d'informations géographiques
www.qgis.org